lundi, 05 novembre 2018 17:32

AMENDEMENT DUPUIS POUR ISABELLE STIBBE Spécial

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Il était une fois un libraire futé,

Un rien las de jouer sans fin l'haltérophile

Empilant les cartons sans les lire, flouté

Dans son désir précis de savourer tranquille

Un bon bouquin, un bon café : sa vocation.

Il en avait assez des « rentrez littéraires ! »

Des « m'as-tu lu ? » et des « Bravo ! » de profession.

Voyant monter marée, il lui dit de se taire

Et, dictateur d'un jour, flingua l'opposition.

Ce maître du polar, devenu Ubu Père,

Renvoya au néant, sans un remords aucun,

L'eau qui fuitait du sol par gazettes entières,

Et des trombes romans voulut n'en sauver qu'un.

Ayant fermé la trappe, il cala son fauteuil,

Pas mécontent au fond de cette loi nouvelle,

Prit une nouveauté, presque au hasard, son œil

Instinctif et expert, guettait une l'hirondelle,

Capable d'annoncer aux clients un printemps.

Il la trouva, la lut, la mis en devanture,

Ses clients satisfaits : trois mouvements, deux temps.

Chaque année dès lors, il tenta l'aventure.

Changeant la rentrée, l'étrange amendement,

Prit le nom de Dupuis tant il était féroce.

Margelle s'en souvient et tremble grandement

De le voir souverain en son pilon précoce.

Tant d'auteurs aujourd'hui veulent part du lion.

Dès lors, de temps en temps, il prend la fantaisie,

A un brave lecteur d'appliquer le talion

A ce marché d'or pur mêlé de fatrasies.

 

J'avais promis, en août, un tel amendement.

Isabelle Stibbe signait des dédicaces.

Pour n'être pas libraire, ou même, prudemment,

Journaliste encarté, tel Gautier, je Fracasse

Ce soir, à contretemps, arrivant à peu près,

Aussi tard en saison que les lauriers d'automne.

A croire que Dumas signa Vingt ans après

Avant les Mousquetaires, oubliant Bragelonne.

On me dira, bien-sûr, « Je n'ai pas leur talent. »

Mais enfin, ils sont morts. Si l'on devait attendre

D'être aussi grand qu'un mort, signer, bon an mal an,

Deviendrait compliqué et vite il faudrait rendre

Sa rapière de mots, renoncer au duel.

Beaucoup l'ont déjà fait au nom de la finance.

L'époque est triste et lâche et le constat, cruel :

Être moral n'est plus pour nous une élégance.

Qui se souvient vraiment du temps où pour l'honneur,

Pour un « oui », pour un « non », pour le regard des dames,

Le service du roi, l'humble moine sonneur

De matines , au pré, on dégainait sa lame ?

Qui s'en souvient vraiment, Richelieu Cardinal

Est rouge et tout puissant, quand Sa Majesté, bègue,

Peine d'articuler d'un coup le mot final

Devant les ministres que la France lui lègue ?

Nous vivons une époque où pour laver plus doux,

Il faut hurler plus fort, nouveaux chemins du Tendre.

L'hashtag est notre haschich et à coup de #metoo,

De #balancetonporc, les hommes il faudrait pendre.

Les temps sont durs et fats pour ceux qui n'ont rien fait,

Les timides perdus dans le regard des femmes.

Bien-sûr, il y a des porcs, et le Diable en pouffait,

Mais ça devient coton de déclarer sa flamme.

Le porno est partout, croiserait-on quelqu'un

Raisonnant à l'ancienne, on le tiendrait pour faible.

Point de freins au désir, montrez moi don ce sein

Et tout le reste avec, je suis sans foi ni fable.

Las, les neiges d'antan fondent, le CO²

A envahi aussi le terrain érotique.

Il en résulte en bas un marécage hideux.

Chacun cherche son moi, pour son moi, c'est comique.

 

Mais voilà, contrepoint inattendu, bleuté :

Madame Stibbe vient, d'un misogyne éprise.

L'élu s'appelle Athos et comble de beauté,

C'est par un Picasso qu'appétits elle aiguise

Et vante sa passion pour qui n'existe pas.

Curieux, sachez-le, Stibbe n'est pas ma rose.

J'existe. Mon encens ne brûle pas pour moi.

Télévision pourtant a déjà vu la chose...

Athos, comme le mont aux femmes défendu,

Si ell' ne se présentent en bure comme un homme.

Athos, de D'Artagnan, Porthos, bien entendu.

Chacun sait leur histoire, ou le croit, c'est tout comme.

Un roman sur Athos, l'aventure et l'amour !

On connaissait Rimbaud, voici « Le roman ivre ».

Rajeuni de trente ans, on cavale, on accourt :

« Un pour tous, tous pour un ! », Dumas va-t-il revivre

Le temps d'une lecture et comment son héros

Pourrait-il prendre corps : ce n'est qu'un personnage

Coincé entre les mots ? Peut-on scier barreaux ?

Est-ce tromper qu'aimer Athos, briser la cage

Nous assignant réels et non pure fiction ?

Athos est pour tout homme un concurrent sévère.

Ivre, il n'empeste pas, calme au cœur de l'action,

Mais troublé à la fin jusqu'à devenir père,

C'est un jouet cassé par une Milady

Et par tous les soupçons que la littérature,

A fait peser depuis sur le monde enlaidi.

Stibbe connaît cela des racines aux ramures.

Son double de papier : Camille Delamain,

Avocate agressée au tout premier chapitre,

Trouve pour son salut Athos sur son chemin.

Dès lors commence un jeu qui justifie le titre.

Entre deux univers, lequel est le fictif :

Le siècle vingt-et-un, ou l'autre, mousquetaire ?

Le pastiche a-t-il bu ? Peut-on sortir canif,

Pour affronter encor Cyrano au parterre ?

On dirait par éclairs du Borges au grand galop :

« Il n'est qu'un seul auteur, mais sous foule de casques. »

Alexandre est vivant, bravo pour le culot.

Isabelle est fiction, c'est Roxane sans masque.

Son Dumas comme bible, il n'est pas question

Pour elle de tirer sans fin sur l'ambroisie.

Respectant les lecteurs qui crieraient : « Attention ! 

Athos a dans une œuvre une place choisie ! »

Elle clôt l'ivresse, ferme la parenthèse.

Trop tard, on désire – au nom des quatre amis -

Vêtir sa propre rose en robes Louis Treize.

Qui suis-je ? Oh, pardon ! Un cousin d'Aramis.

 

Lu 59 fois Dernière modification le mardi, 06 novembre 2018 12:31
Philippe Perrier

Ancien journaliste littéraire, métis corso-greco-mayenais, taquineur de muses à ses heures perdues et actuellement stagiaire de la formation professionnelle "Grande Ecole du Numérique" Afpa/Aflokkat sur Ajaccio. Trois manuscrits achevés, deux en cours.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.