×

Annonce

EU e-Privacy Directive

This website uses cookies to manage authentication, navigation, and other functions. By using our website, you agree that we can place these types of cookies on your device.

View Privacy Policy

View e-Privacy Directive Documents

View GDPR Documents

You have declined cookies. This decision can be reversed.

J'ai craqué ce matin, en maison de la presse, pour le Hors-Série anniversaire de Lire magazine littéraire, sur les 400 ans de la naissance de Jean de la Fontaine. Soyons honnêtes, La Fontaine, comme gamin, il m'a longtemps fasciné et gonflé à la fois. En souvenir de vieilles récitations cruelles et de la morale XVIIe que l'on peut si facilement retourner comme un gant, une réponse du berger à la bergère, dont, évidemment, je vous laisse juge. A vos commentaires !

On enchaîne les chroniques Handivoile avec un petit conte poétique et philosophique inspiré par ma deuxième sortie en voilier, pas plus tard qu'hier, le 15 octobre 2021.

Le 11 juin dernier, j'effectuais mon baptême de voile, sur le Mare Inseme (la mer ensemble), à Ajaccio, grâce à la section Handivoile de la Societé Nautique Ajaccienne et grâce aussi à l'association Isatis, dont je vous ai parlé récemment. Un moment magique dont il ne manquait rien, sinon le fait de reproduire ici le texte que ce baptême m'avait inspiré en juin, et qui a déjà été publié sur la page Facebook du Mare Inseme.

Ce matin, j'étais sur les ondes de Frequenza Nostra pour une émission de près d'une heure, avec trois pauses musicales. On parle santé mentale. Un sujet qui, beaucoup d'entre vous le savent, me touche de très près. Vidéos à portée de souris ;-) !

vendredi, 01 octobre 2021 14:42

La fiancée du Lion

Écrit par

Sainte Thérèse de Lisieux, dont c'est la fête aujourd'hui, disait, entre autres merveilles : "Aimer, c'est tout donner, et se donner soi-même." D'une précocité fulgurante, cette petite Carmélite, que le monde croyait bien ordinaire, est morte à 24 ans en 1897. Elle laisse derrière elle le souvenir d'une vie toute offerte à son Dieu, mais aussi des oeuvres complètes finalement assez brèves, surtout si on la compare à celles d'autres saints, mais si denses qu'elle a été proclamée Docteur de l'Eglise. "Docteur en science de l'amour." Avec des tirages de best-sellers à faire pâlir d'envie, années après années, bien des vedettes de rentrées littéraires et une audience qui dépasse largement les cercles catholiques, et déborde par exemple jusqu'au monde musulman, c'est pour moi, qui la chérirais même si elle était confidentielle, un guide spirituel au quotidien et comme une amie intime, à la fois si patiente et si exigeante. A l'image et à l'inverse de Baudelaire, qui avait ses Fleurs du Mal (dont la publication s'est plus  que faite qu'attendre au XIXe siècle), j'ai commencé un recueil de poésies en hommage à sainte Thérèse. Des "Fleurs du Bien" en quelque sorte. Mais je suis hélas bien paresseux : je commence tout, c'est facile, et, Ortelin excepté, je ne finis pas grand chose. Décoller m'étant toujours plus évident que retomber sur mes pattes. Alors, puisque même Baudelaire, que j'ai longtemps beaucoup (trop ?) admiré, s'est autorisé à publier quelques "fleurs du mal" avant les cent premiers poèmes finalement condamnés par son siècle, voici quelques fleurs naïves pour fêter sainte Thérèse avec celles et ceux qui le souhaitent. Des fleurs du bien. Des fleurs données. Peut-être un jour en poussera-t-il d'autres. 

jeudi, 23 septembre 2021 18:34

« Donnez-moi des roses, Mademoiselle. »

Écrit par

« Donnez-moi des roses, Mademoiselle. » dit le refrain d'une célèbre et traditionnelle ballade corse, mettant en scène un client et sa si belle fleuriste. Nouvelle preuve éditée par Corsica Comix qu'ici, la « matière », au sens où l'on parle en littérature de « matière de Bretagne », n'est ni moins riche ni moins intéressante qu'ailleurs, Antona, Derji et Sylvain Henry proposent cette année une très jolie BD-polar, Le Fleuriste, variation sur le thème de la si belle fleuriste, image de son île, et de son mystérieux client.

jeudi, 09 septembre 2021 09:48

Le silence en héritage

Écrit par

    Mon petit papa,

 

    Aujourd'hui, tu entres dans ta quatre-vingt-deuxième année, car la mort, comme tu nous l'avais promis, ne nous a pas séparés de toi. Présent dans nos mémoires et présent près du Père, tu continues à nous offrir le plus beau cadeau que tu aies donné au monde : ton silence. Ce silence, chez toi, n'a pas attendu le tombeau. Au contraire, tu en avais fait, probablement depuis toujours, un art de vivre, de prier, de jouer, d'éduquer, de faire face à la douleur, à la maladie et à la mort. Jusqu'à faire de cette vibration sans mots ton plus bel héritage.

Bonjour à tous et merci d'être ici. Aujourd'hui, je voudrais partager quelques réflexions de carrière qui me trottent dans la tête et faire comme une pause, un bilan.

Swedenborg et sa mystique contés par J.L. Borges... Ce fut, sans que je ne m'explique trop pourquoi, génie de Borges excepté, la "Plume" la plus lue de la première version de ce blog. Il me prend aujourd'hui la fantaisie de faire sortir cette petite lecture bien facile des oubliettes. Atteindra-t-elle des sommets en pages vues cette fois-ci aussi ?

vendredi, 15 janvier 2021 14:31

Le besoin de reconnaissance

Écrit par

(NOTE PERSONNELLE : pourquoi ai-je fait ce travail ? Parce que ça m’intéresse comme sujet à étudier et à partager ? Ne soyons pas naïfs ! il est évident que cela satisfait mon égo et l’image que je veux donner de moi. Il est certain que le fait que je sois incapable de ministère public à cause de ma santé et que j’ai énormément de temps libre dans mon bureau mais aussi que j’ai eu une formation universitaire philosophique, anthropologique, théologique facilite les choses. Alors je ne suis pas un génie, je ne suis pas un saint : je voudrais simplement ETRE UN FRERE ! Merci !)

Page 1 sur 4