×

Annonce

EU e-Privacy Directive

This website uses cookies to manage authentication, navigation, and other functions. By using our website, you agree that we can place these types of cookies on your device.

View Privacy Policy

View e-Privacy Directive Documents

View GDPR Documents

You have declined cookies. This decision can be reversed.

Afficher les éléments par tag : catholicisme

vendredi, 01 octobre 2021 14:42

La fiancée du Lion

Sainte Thérèse de Lisieux, dont c'est la fête aujourd'hui, disait, entre autres merveilles : "Aimer, c'est tout donner, et se donner soi-même." D'une précocité fulgurante, cette petite Carmélite, que le monde croyait bien ordinaire, est morte à 24 ans en 1897. Elle laisse derrière elle le souvenir d'une vie toute offerte à son Dieu, mais aussi des oeuvres complètes finalement assez brèves, surtout si on la compare à celles d'autres saints, mais si denses qu'elle a été proclamée Docteur de l'Eglise. "Docteur en science de l'amour." Avec des tirages de best-sellers à faire pâlir d'envie, années après années, bien des vedettes de rentrées littéraires et une audience qui dépasse largement les cercles catholiques, et déborde par exemple jusqu'au monde musulman, c'est pour moi, qui la chérirais même si elle était confidentielle, un guide spirituel au quotidien et comme une amie intime, à la fois si patiente et si exigeante. A l'image et à l'inverse de Baudelaire, qui avait ses Fleurs du Mal (dont la publication s'est plus  que faite qu'attendre au XIXe siècle), j'ai commencé un recueil de poésies en hommage à sainte Thérèse. Des "Fleurs du Bien" en quelque sorte. Mais je suis hélas bien paresseux : je commence tout, c'est facile, et, Ortelin excepté, je ne finis pas grand chose. Décoller m'étant toujours plus évident que retomber sur mes pattes. Alors, puisque même Baudelaire, que j'ai longtemps beaucoup (trop ?) admiré, s'est autorisé à publier quelques "fleurs du mal" avant les cent premiers poèmes finalement condamnés par son siècle, voici quelques fleurs naïves pour fêter sainte Thérèse avec celles et ceux qui le souhaitent. Des fleurs du bien. Des fleurs données. Peut-être un jour en poussera-t-il d'autres. 

Publié dans Livres
jeudi, 09 septembre 2021 09:48

Le silence en héritage

    Mon petit papa,

 

    Aujourd'hui, tu entres dans ta quatre-vingt-deuxième année, car la mort, comme tu nous l'avais promis, ne nous a pas séparés de toi. Présent dans nos mémoires et présent près du Père, tu continues à nous offrir le plus beau cadeau que tu aies donné au monde : ton silence. Ce silence, chez toi, n'a pas attendu le tombeau. Au contraire, tu en avais fait, probablement depuis toujours, un art de vivre, de prier, de jouer, d'éduquer, de faire face à la douleur, à la maladie et à la mort. Jusqu'à faire de cette vibration sans mots ton plus bel héritage.

Publié dans Divers
mercredi, 02 décembre 2020 19:26

Deus pontem fecit : le tombeau de mon père.

Papa,

 

Te voilà au seuil de l'inhumation, près à reposer à Coggia, toi qui viens des marches de Bretagne et plus précisément de Champgenêteux, petit village de Mayenne. Ces quelques mots publics, je veux les dire pour toi. Comme je veux partager cette photo, belle comme une icône et choisie parmi les dizaines que j'ai de toi, de moi, de nous.

Publié dans Divers

[Note de Philippe : Le pardon... Un sujet qui nous intéresse tous. Qui peut se vanter d'être si irréprochable qu'il n'en aura jamais besoin ? Mais aussi, qui peut se vanter que pardonner lui est facile ? Quelques Plumes accueille aujourd'hui avec une grande joie un beau texte du Père Jean-Pierre Bonnafoux, oblat de Marie Immaculée (omi), c'est-à-dire tout donné, tout offert à Marie, à qui j'ai déjà pu dire ici ma tendresse de croyant. Déclinant trois angles de réfléxion : la psychanalyse, le catholicisme, et le pardon en terre de Corse, plus souvent qu'à son tour ensanglantée par la Vendetta, le Père Bonnafoux, depuis la Corse, nous offre son regard précieux..]

Publié dans Livres

Certains d'entre vous le savent peut-être déjà : ce soir, toutes les cloches de toutes les églises sonneront pendant dix minutes, à 19h30, pour célébrer l'Annonciation et appeler à l'union par la pensée et la prière des croyants et des non-croyants. L'événement est historique. L'occasion pour moi de partager, de manière très modeste, ce que je comprends de ce Mystère au fond indécent, violent et tendre : le véritable sommet de l'année catholique à mes yeux.

Publié dans Livres
mercredi, 25 décembre 2019 20:57

Oh ! Pourvu qu'il y ait encore des nuits !

Alors que les jours commencent déjà à rallonger au rythme d'une berceuse, je voudrais, encore ému par la nuit de Noël, vous écrire cette plume comme une ode à la plus belle des nuits.

Publié dans Livres

Bénie soit Noëlle Casabianca, qui a su retrouver, sans doute au fond de vieux tiroirs, une telle photo de mon adolescence. Elle en est l'auteur : admirez donc le coup d’œil et la composition. Quand exactement a-t-elle été prise ? Je ne le sais pas, mais elle éveille en moi tant d'émotions que je ne peux pas, aujourd'hui, ne pas vous en faire part. La scène a manifestement lieu un lundi de Pâques à Cargèse, sommet de l'année liturgique pour les Cargésiens, chantant leur « Christos Anesti !!! » : le Christ est ressuscité des morts et par la mort, il a vaincu la mort. L'exaltation du village est à son comble.   

Publié dans Divers