×

Annonce

EU e-Privacy Directive

This website uses cookies to manage authentication, navigation, and other functions. By using our website, you agree that we can place these types of cookies on your device.

View Privacy Policy

View e-Privacy Directive Documents

View GDPR Documents

You have declined cookies. This decision can be reversed.

Afficher les éléments par tag : poesie

J'ai craqué ce matin, en maison de la presse, pour le Hors-Série anniversaire de Lire magazine littéraire, sur les 400 ans de la naissance de Jean de la Fontaine. Soyons honnêtes, La Fontaine, comme gamin, il m'a longtemps fasciné et gonflé à la fois. En souvenir de vieilles récitations cruelles et de la morale XVIIe que l'on peut si facilement retourner comme un gant, une réponse du berger à la bergère, dont, évidemment, je vous laisse juge. A vos commentaires !

Publié dans Livres
vendredi, 01 octobre 2021 14:42

La fiancée du Lion

Sainte Thérèse de Lisieux, dont c'est la fête aujourd'hui, disait, entre autres merveilles : "Aimer, c'est tout donner, et se donner soi-même." D'une précocité fulgurante, cette petite Carmélite, que le monde croyait bien ordinaire, est morte à 24 ans en 1897. Elle laisse derrière elle le souvenir d'une vie toute offerte à son Dieu, mais aussi des oeuvres complètes finalement assez brèves, surtout si on la compare à celles d'autres saints, mais si denses qu'elle a été proclamée Docteur de l'Eglise. "Docteur en science de l'amour." Avec des tirages de best-sellers à faire pâlir d'envie, années après années, bien des vedettes de rentrées littéraires et une audience qui dépasse largement les cercles catholiques, et déborde par exemple jusqu'au monde musulman, c'est pour moi, qui la chérirais même si elle était confidentielle, un guide spirituel au quotidien et comme une amie intime, à la fois si patiente et si exigeante. A l'image et à l'inverse de Baudelaire, qui avait ses Fleurs du Mal (dont la publication s'est plus  que faite qu'attendre au XIXe siècle), j'ai commencé un recueil de poésies en hommage à sainte Thérèse. Des "Fleurs du Bien" en quelque sorte. Mais je suis hélas bien paresseux : je commence tout, c'est facile, et, Ortelin excepté, je ne finis pas grand chose. Décoller m'étant toujours plus évident que retomber sur mes pattes. Alors, puisque même Baudelaire, que j'ai longtemps beaucoup (trop ?) admiré, s'est autorisé à publier quelques "fleurs du mal" avant les cent premiers poèmes finalement condamnés par son siècle, voici quelques fleurs naïves pour fêter sainte Thérèse avec celles et ceux qui le souhaitent. Des fleurs du bien. Des fleurs données. Peut-être un jour en poussera-t-il d'autres. 

Publié dans Livres
vendredi, 02 octobre 2020 20:18

La colonne du requin

Quelques Plumes se déclare une nouvelle fois officiellement supporter parmi la foule ardente des supporters de Vincenzo Nibali. Ensemble, nous le porterons vers une troisième victoire au Giro à l'occasion du Tour d'Italie 2020. EVVIVA LO SQUALO !!! EVVIVA NIBALI !!! FORZA !!!!!!!! Un poème en forme d'hommage pour lui donner des ailes de phénix et lui crier notre amour, publiquement !

Publié dans Divers
mercredi, 18 septembre 2019 17:59

Catastrophe en librairie

En ces temps de rentrée littéraire, ce petit rite social si français dont je ne suis pas certain que l'on se préoccupe plus que ça à l'étranger, permettez-moi une petite fable allégorique, en hommage à ma librairie de quartier favorite et, à travers elle, à toutes les librairies de quartier qui résistent de leur mieux aux géants numériques. Qui sait, peut-être verra-t-on un jour, à La Marge ou ailleurs, débarquer pour de bon ma déesse imaginaire, à la recherche de ce que l'on ne peut pas trouver dans une base de données, grâce à un algorithme ou une recherche consciente. S'empare de ce personnage qui veut, je l'offre à notre public.

Publié dans Livres
mardi, 11 décembre 2018 21:23

NUIT DE DECEMBRE

(En réponse au défi poétique de Virginie Lloyd)

Assez pleuré

Le cul de Sand,

Assez mastur-

bé sur la lande,

Cheveux au vent

Que l'on me prête,

Moi le chouinard des romantiques.

Assez passé

Pour la chochotte,

Le larmoyant qu'il faut moucher,

Le p'tit poivrot académique.

C'est bien joli, faire le Grand :

« Moi, je m'exile pour la France.

Retenez-moi ou je respire ! »

C'est vrai, il a pleuré, Victor,

Des larmes parfois belles,

Parfois grandiloquentes :

Boursouflé d'être lui,

Il s'est pris pour Hugo.

Publié dans Livres
samedi, 25 août 2018 14:46

Les deux capitaines

Quelques Plumes se déclare officiellement supporter parmi la foule ardente des supporters de Vincenzo Nibali. Ensemble, nous le porterons vers une victoire à la vuelta à l'occasion du Tour d'Espagne 2018. EVVIVA LO SQUALO !!! EVVIVA NIBALI !!! FORZA !!!!!!!! Un poème en forme d'hommage pour lui donner des ailes de phénix et lui crier notre amour, publiquement !

 

Il pourrait sembler seul, il est accompagné

D'un poète absolu : ce soir, il veut gagner !

On le croyait perdu, il revient en Espagne

Écrivant en français comme on joue en Allemagne

Surun orgue sacré, comme Bach, le meilleur !

On le croyait perdu : ce soir, il est des leurs.

Publié dans Divers